Dimanche 19 Novembre 2017

Accueil >  Société >  Un adolescent violemment agressé dans une maison de retraite

Un adolescent violemment agressé dans une maison de retraite

Publié le 11/06/2014

© Julie Kertesz | Flickr

Chambéry - Un jeune savoyard de 16 ans a été violemment agressé dans une maison de retraite alors qu'il effectuait un reportage pour son lycée.

Un reportage pour son lycée qui tourne mal

Une information judiciaire a été ouverte contre Madame Henriette pour « coups et blessures » à l’encontre du jeune Stéphane, âgé de 16 ans. Les faits se sont produits dans la maison de retraite médicalisée le Doux Repos Saint-Hubert, à Chambéry (Savoie). D’autres retraités pourraient être impliqués dans l’affaire.

Le week-end dernier, alors qu'il effectuait un exposé pour son lycée, Stéphane tombe dans un véritable guet-apens orchestré par des retraités du Doux Repos. « Le thème était "Le rapprochement intergénérationnel en France". Nous sommes choqués », a déclaré à la presse Florent Bonnel, proviseur du lycée Danton.

Une agression sauvage et gratuite

Stéphane décide de se photographier en compagnie d'Henriette, qui avait répondu favorablement à sa demande après une longue partie de Scrabble, la veille de l’agression. Le lendemain, l’adolescent est guidé par trois autres retraités vers le réfectoire de l'établissement, totalement désert, comme chaque dimanche après-midi. Tandis qu'il s’assied sur une chaise, Henriette se place debout, juste derrière lui. Soudain, au moment d’immortaliser la scène, l'octogénaire fait preuve d'une rare violence : « D'un coup, elle s’est agrippée à mon dos, puis m’a griffé et mordu jusqu’au sang. Elle hurlait en m'étranglant de toutes ses forces, c'était impossible de lui faire lâcher prise », raconte Stéphane, traumatisé.

L'adolescent perd alors connaissance, retrouvé quelques heures plus tard par une aide ménagère. « Les traces de morsures laissées par le dentier de Mme Henriette sur le bras de ce pauvre garçon sont impressionnantes », témoigne Marie-Ange, infirmière en gériatrie. Pour cette dernière, les motifs de cette agression sont clairs : « Mes collègues avaient bien dit à Stéphane qu'il fallait laisser gagner Mme Henriette au Scrabble. Elle a toujours été très mauvaise joueuse ».


G. Armand | l'Immunité.fr
Gérard Armand est directeur de la Rédaction de l'Immunité. Sociologue de formation, il a soutenu sa thèse de doctorat à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).








Abonnez-vous à l'Immunité.fr sur Twitter

Les + vus



Archives